Un jour... J'ai arrêté le rap.

Certainement une des meilleures décisions que j'ai prise dans ma vie. Un poids en moins, une passion vaine rayée de mon planning, une sorte de libération, un gain de temps considérable, et un abandon de stress évident.

 

mysa

Certainement une des meilleures décisions que j'ai prise dans ma vie. Un poids en moins, une passion vaine rayée de mon planning, une sorte de libération, un gain de temps considérable, et un abandon de stress évident.


J'ai toujours eu un avis clair et tranché concernant ce milieu que je m'efforçais d'esquiver, même lorsque j'avais des sollicitations dites “intéressantes”. Je voyais cet art comme un moyen d'expression, une sorte de journal sous forme de poésies interprétées, un exutoire.

Étant issu d'une époque révolue, je n'ai jamais vraiment prêté attention à tout ce qu'il se faisait dans le rap français depuis plus de 10 ans. Non pas parce que le rap était mieux avant... Mais parce que les cœurs étaient mieux avant. Plus on avançait, plus les intentions, les paroles, et les actes devenaient sales et vulgaires. Comme une sorte de concours de tunning pour rappeurs-beaufs. J'ai vite compris que les “Johnny” d’aujourd’hui n'arboreraient plus des nuques longues et des santiags, mais bien des dégradés-crêtes, tout en étant capables de fumer inlassablement des chichas jusqu'à l’embolie.


Depuis de nombreuses années, je me disais : « On est à l'aube d'un cataclysme mondial,on vit une période apocalyptique, et moi... Je rappe encore !!!». N'y avait-il pas de choses plus intéressantes à faire ? Je finissais par culpabiliser tellement c'était insensé. J'étais loin d'être le plus passionné, mais Dieu sait à quel point c'est difficile pour l'humain de rompre avec ses habitudes. On est peu de chose, on est peu de force. Ceci dit, malgré de multiples erreurs,j'ai vraiment fait les choses avec la meilleure des intentions. Mon but premier était d'informer et d'éveiller le maximum de monde sur ce qui se passait autour de nous, dans une période où l'ignorance était souveraine.

Avant d'arrêter la musique, je voulais clôturer mon engagement, avec un morceau qui mettrait en exposition et en parallèle, ce qui se fait dans ce milieu du rap (que je connais plus que bien...), et le pauvre état dans lequel se trouve le pays où nous vivons, afin d'expliquer aux plus crédules, que tout est véritablement lié, et très bien ficelé. Bien que la musique soit loin d'être l'unique raison de la déchéance dans laquelle le peuple se fourvoie, il est évident qu'elle joue un rôle considérable dans l'égarement et la manipulation des masses. Je m'étais dis que si un rappeur pouvait faire un morceau relatant de tout cela, avec le fond et la forme, alors ça m'éviterait certainement de devoir sortir ce titre supplémentaire dont je me serais bien passé. Effectivement, je n'ai, ni vraiment le temps, ni l'envie de susciter des polémiques suite à la non-compréhension de mes propos. J'ai attendu plus d'un an, en vain... Puis il y a eu l'histoire des clashs... Des clips de plus en plus satanisants. Et malgré tout ce qu'il s'est passé dans le « rap-game »,aucun acteur de ce milieu n'a clairement exprimé son désaveu, ni pris le temps d'exposer aux auditeurs, les réels enjeux et dangers liés à toutes ces dérives vendeuses et idolâtres. Au mois de mai 2013 j'ai décidé d'écrire et de poser ce qu'il me semblait important de dire aux gens qui écoutent régulièrement du rap.

 

N'ayant aucun intérêt dans ce milieu,aucune ambition, sachez que le but de cette initiative ne peut être influencé par une envie quelconque. Il m'a fallu prendre un maximum de recul pour observer d'une vue panoramique ce que le rap français pouvait servir de plus insipide à son auditoire, et je crois que l'année 2013 a été la plus nauséabonde.

 


Message important à ceux que l'on appelle vulgairement « les complotistes »

 

 

J'aimerai adresser un message aux sites d'information dits « subversifs » qui propagent des doctrines anti-bidules, et pro-machin, pour leur dire de ne pas récupérer ce dernier morceau à leurs fins, même si parfois le message que je transmet peut s'apparenter fortement aux leurs. Nous avons beaucoup de points communs sur la forme, mais sur le fond, nous n'avons pas du tout les mêmes desseins. Je ne partage pas leurs erreurs, et me désavoue clairement de leurs intentions, de leurs méthodes, de leurs « leaders », et de leurs buts, sans pour autant les prendre pour ennemis bien sur (car beaucoup d'entre eux ne sont pas des personnes mal intentionnées). Je leur pose simplement une question claire. Comment pouvez-vous informer les gens sur le satanisme international, sans pour autant les informer (au moins à échelle égale) sur la religion. Pourquoi s'acharner à chercher la vérité dans le mal, et pourquoi délaisser la recherche de vérité dans ce qui s'oppose au mal?


À ce jour, beaucoup de gens n'ont pas encore compris que, chercher la vérité n'est pas de vouloir déceler la part de faux dans les actes de satan et des êtres les plus vils de cette terre, mais tout simplement d'ouvrir son cœur,et, si Dieu veut, d'adhérer aux injonctions divines relayées par les meilleurs hommes, les biens guidés, qui eux, ont bien compris et expliqué que la foi en l'unique (vérité) dépasse les affaires intellectuelles et rationalistes.

 

Nous devons d'abord laisser notre orgueil cérébral de coté pour pouvoir donner l'honneur à notre cerveau de servir notre cœur. Passer par le vrai pour déceler le faux, est bien plus logique que l'inverse, car mieux vaut partir sur des bases saines pour avoir une grille de lecture plus juste.

 

Je n'exclue bien évidemment pas, que certaines personnes sont entrées en religion en analysant la fausseté du monde dans lequel nous vivons, en recherchant des explications à tout cela, et en voulant trouver des réponses pour combattre ce mal. La focalisation sans retenue sur les affaires matérielles de ce bas-monde peut vite faire sombrer l'homme qui n'est pas, ou peu croyant, vers une angoisse et un survivalisme (par tous les pires moyens nécessaires...) En revanche, le but du croyant, n'est pas de vivre ou de survivre indéfiniment en visant une pseudo-immortalité quitte à en perdre son éthique et en pensant que la vie est « tout », ou qu'il serait lui même le maître de toute sa vie. Le but du croyant est tout simplement de vivre (peu importe le nombre d'années) en accord avec les règles que Dieu lui demande de suivre, dans la confiance et la crainte de son jugement, quel que soit le contexte ou l'époque. Les affaires matérielles lui sont également vitales mais secondaires, car résultantes de la confiance qu'il aura accordé à son Seigneur,qu'il considère comme l'unique pourvoyeur de sa subsistance.

 

Il est évident que pour une large partie de ses adeptes, la mouvance que l'on qualifie de « complotiste » est devenue au fil du temps un vulgaire « closer », une passion, un journal people qui s'adresse à une certaine frange de la population s'autosatisfaisant, car se croyant dans l'élite des biens guidés. Depuis quand « déceler le faux » est une preuve de vérité ? Déceler le faux n'est une part de vérité qui ne trouve sens, que dans la bonne intention vis à vis de nos âmes, c'est à dire, dans la recherche d'une amélioration de notre compréhension globale et de notre comportement.

 

Focaliser d'une manière outrancière sur le faux, créé forcément un déséquilibre dans le cœur,et le fait de s'attarder constamment sur les autres, nous pousse logiquement à la négligence de nous-même. Qui aurait la prétention de dire que grâce à tout ce que l'on sait de l'occulte, on trouve quiétude en notre vie ? Bien sur, je n'exclue évidemment pas le fait qu'il faut combattre toute forme d'injustice ou toute force corruptrice (peu importe les moyens), et j’ajouterais que connaître son ennemi est un art de guerre, tout comme  « analyser et déceler le mal » nous permet de mieux l'affronter ou le soigner. Le monde est gravement malade, et l'antidote existe bel et bien, il suffit de s'y ouvrir sincèrement pour l'accepter et le propager.


L''important n'est donc pas de voir ni de savoir (concept profane, matériel et rationnel), mais bien de comprendre et de croire (concept divin, inné, voire ineffable parfois), car le but n'est pas de semer le désespoir dans nos cœurs! Bien au contraire!

Pour finir, je souhaite à tous ceux qui m'ont écouté ou simplement entendus, de trouver la vérité ou du moins le chemin qui y mène... Un chemin que l'on connaît déjà, que l'on a simplement oublié... une route aussi naturelle et innée que celle que suivent les oiseaux qui migrent de l'Occident aux confins de l'Orient !

 

J'ose espérer que ce texte aura au moins le mérite d'aider, ne serait-ce qu'une seule personne. Désolé pour le coté "technique", et pardon si je ne puis résumer en quelques phrases ce que l'infini suggère.

 


Me concernant, la boucle est bouclée.

 

 

Samy

Les commentaires sont accessibles aux membres uniquement.